« Terre ! Escales mythiques en Méditerranée. Trésors de la BnF et collections marseillaises » : itinéraire italiote dans l’exposition.

 

Des vases grecs chez les Phocéens de Provence

Depuis le 15 juillet 2020 et jusqu’au 3 janvier 2021, « Terre ! Escales mythiques en Méditerranée. Trésors de la BnF et collections marseillaises », une exposition hors-les-murs de la BnF, est présentée au musée d’Histoire de Marseille.

Affiche de l’exposition « Terre ! Escales mythiques en Méditerranée ». (c) Ville de Marseille

Un projet auquel deux des chevilles ouvrières de CIAO ont prêté leur précieux concours : Martine Denoyelle1, membre particulièrement actif du comité scientifique, et Claude Pouzadoux2, ont ainsi offert à son catalogue (frappé du cratère en calice du Peintre de Dolon !) des textes aussi érudits qu’accessibles.

Couverture du catalogue de l’exposition. (c) Editions Snoeck.

Dans l’attente de la réouverture du musée de la BnF, quelque quatre-vingts céramiques conservées au département des Monnaies, médailles et antiques (l’ancien Cabinet des médailles) vous invitent au voyage de vase en vase dans le Bassin méditerranéen réel et légendaire des Grecs de l’Antiquité : un prêt à la fois unique et exceptionnellement abondant permis par la fermeture partielle pour travaux du Quadrilatère Richelieu.

Presque un retour aux sources pour l’un d’entre eux, puisque ce rhyton tarentin3 appartenait au Cabinet de l’Aixois Nicolas-Claude Fabri de Peiresc (1580-1637)4: on le reconnaît d’ailleurs sur l’une des planches du fameux recueil de l’antiquaire provençal dont la BnF vient d’enrichir la mise en ligne.

Rhyton de la collection Peiresc (BnF, MMA, De Ridder.1245), fac simile du « Cabinet Peiresc », vers 1620, folio 67 (BnF, Rés. AA-53-FOL) et Recueil d’antiquités du comte de Caylus, 1752, vol. I, pl. XXXV, 2 (Marseille, BMVR, Fonds patrimoniaux 5599). Photo L. Détrez

L’introduction de l’exposition, née de la collaboration du musée d’Histoire et du service archéologique municipal de Marseille, montre à travers l’exemple marseillais que le vase grec a été l’objet d’un commerce dans l’Antiquité (les trouvailles locales sont confrontées à quelques vases attiques de la BnF) et témoigne de l’engouement des amateurs méridionaux du XVIIe au XIXe siècle. La place de choix qu’il occupe aujourd’hui dans les musées de la ville trouve ici une explication bien à propos.

« Massalia! », première vitrine de l’exposition. Photo L. Détrez

Escales en Grande Grèce

À l’exclusivité du matériau céramique dans l’exposition répond la diversité des productions représentées (attique, corinthienne, laconienne, chalcidienne, lucanienne, apulienne, campanienne…). Athènes se taille il est vrai la part du lion : une situation dont il faut peut-être chercher la cause dans l’histoire de la collection. Bien que la petite centaine de vases choisis que le duc de Luynes (1802-1867) offre à la Bibliothèque en 1862 compte quelques chefs-d’œuvre italiotes, le donateur avait peu d’indulgence pour l’« absurde bizarrerie » des vases des « barbares de la Lucanie, de la Messapie et du Bruttium »5)…Mais si les pièces italiotes sont numériquement minoritaires, la Grande Grèce demeure incontournable, dans la collection de ce pionnier de l’archéologie magno-grecque en particulier6: bien des vases exposés ont été exhumés en Italie méridionale ; le nom d’illustres propriétaires précédents au Royaume de Naples nous a parfois été conservé ; surtout, l’exposition laisse apprécier le renouvellement de l’iconographie mythologique qui se joue sur les flancs des vases italiotes. 

Evasion dans les vases

Si les vases voyagent, pour paraphraser le titre d’une belle exposition, l’imagerie de la mer abonde sur les produits de l’art de la terre dans les contrées riveraines de la Méditerranée : témoin cette oenochoé attribuée à l’atelier du Peintre de Baltimore7 et ornée d’une Néréide, motif de bon augure pour un petit vase funéraire. 

« Mug » apulien attribué à l’atelier du Peintre de Baltimore (BnF, MMA, De Ridder.1012). Photo S. Oboukhoff, CNRS-Maison Archéologie et Ethnologie René Ginouvès-BnF

Les poètes prêtent aux flots la couleur du vin et font des banqueteurs l’équipage du navire du symposion souquant vers le havre de Dionysos : une image que les peintres attiques se sont appropriée avec bonheur pour faire des vases le soutien de la navigation métaphorique de leurs utilisateurs8.

Escales mythiques en Méditerranée

Une exploration de la collection de vases du Cabinet des médailles dans le sillage de quelques héros voyageurs attend enfin le visiteur. Aux îlots thématiques consacrés à Jason, Thésée, Ulysse, Héraclès et Protis (mais également à la coupe d’Arcésilas, à elle seule un voyage en Méditerranée !), correspondent quelques « surprises », soulignant le rôle culturel, artistique ou documentaire que le vase grec est susceptible d’endosser pour les Modernes (prétendue relique historique, document graphique pour le chercheur, source persistante d’inspiration pour le céramiste…). 

 

Cimaise « Ulysse s’en retourne à Ithaque : la colère d’un dieu ».Photo L. Détrez

La lecture iconographique de la collection, sur plus de deux siècles et à l’échelle du monde grec, donne à voir tant une communauté thématique structurante, que l’originalité de l’apport respectif des foyers représentés. Trois de ces « escales » ont d’ailleurs pour cœur un vase italiote.

Cimaise « L’expédition des Argonautes : l’équipage glorieux d’un navire magique ». Photo L. Détrez

C’est à l’impressionnante figuration du roi des Bébryces vaincu par Pollux que le Peintre d’Amycos doit son nom de convention. Son hydrie éponyme9, traitée comme il en est coutumier en deux registres, dionysiaque et mythologique, offre la première occurrence du thème du châtiment du géant vaincu par Pollux.

Canthare apode attique attribué à la Classe de Bonn 94 : Phrixos sur le bélier (BnF, MMA, Froehner.1637) ; péliké attique : Borée (De Ridder.401) ; hydrie lucanienne, vase éponyme du Peintre d’Amycos : Amycos vaincu par les Argonautes (De Ridder.442) ; oenochoé attique attribuée au Peintre d’Athéna ou son atelier : Médée rajeunissant le vieux bélier (De Ridder.268) ; amphore à anses torses campanienne attribuée au Peintre du BM F 223 : Médée égorge ses fils (De Ridder.876). Photo L. Détrez

Sur l’amphore à col campanienne10 attribuée au Peintre du BM F 223 qui clôt cette escale, Médée met à exécution sa vengeance criminelle avec une violence qu’accusent détails pathétiques et échos thématiques.

Cratère en calice lucanien attribué au Peintre de Dolon, face A : Ulysse consultant l’ombre de Tirésias (BnF, MMA, De Ridder.422). Au premier plan : pupitre didactique (Bullettino archeologico Napoletano, XIII, pl.V, retouchée par A. Habermacher et E. Dernoncourt, L’Agence privée). Photo L. Détrez

Non loin de là, un autre chef-d’œuvre des débuts de la production lucanienne, le cratère en calice du Peintre de Dolon11 s’apprécie sous toutes ses faces, également soignées : Ulysse appelle l’ombre de Tirésias au seuil des Enfers dans le continuum céramique de ses aventures, tandis qu’au revers Pâris s’apprête à désigner la plus belle des trois déesses… 

Une vitrine de la cimaise « Héraclès s’aventure en Occident ». Amphore à col « chalcidienne » attribuée au Peintre des Inscriptions (BnF, MMA, De Ridder.202) et amphore à col attique attribuée au Peintre de la Balançoire (De Ridder.223). Photo L. Détrez

Enfin, l’« amphore de la Géryonie » du Peintre des Inscriptions12, seul vase « chalcidien » de l’exposition, offre de l’aventure occidentale d’Héraclès une interprétation dynamique et colorée, où la figure ailée de Géryon (comme sur l’amphore du même peintre conservée au British Museum) pourrait devoir au poème de Stésichore d’Himère.

Bonne visite !

 

 

  1. Essai « L’imagerie des Argonautes en Grèce d’Occident », p. 153-158 ; notices cat. 56 (p. 159), 58 (p. 162-165), 60 (p. 168-169) et 74 (p. 220-221). []
  2. Essai « Les escales d’Ulysse : entre monstres et merveilles », p. 205-209. []
  3. De Ridder.1245 : cat. n°21, p. 61-63. []
  4. Essais de Xavier Corré « les vases antiques grecs figurés dans les collections marseillaises » (ibid., p.55-60) et de Mathilde Avisseau-Broustet, « Antiquités de Provence au Cabinet des médailles » (ibid., p. 73-79). Au sujet de la collection et du recueil Peiresc : Jacques Chamay et Sydney Aufrère, « Peiresc (1580-1637 : un précurseur de l’étude des vases grecs », Antike Kunst 39.1, 1996, p. 38-51 [https://www.jstor.org/stable/41321045] ; Sabine Jaubert et Annie-France Laurens, « Recueils de vases antiques dans la première moitié du XIXe siècle. Entre Musées de papier et mise en place de sériations iconographiques, techniques et typologiques », Journal des savants 2005,1, p. 49-99 [https://www.persee.fr/doc/jds_0021-8103_2005_num_1_1_1691] []
  5. Annali dell’Instituto di corrispondenza archeologica IV,1832, p. 147. Sur l’activité du duc en Grande Grèce : Francesca Silvestrelli, Le duc de Luynes et la découverte de la Grande Grèce, Naples, 2017 [https://books.openedition.org/pcjb/6894] ; sur sa collection : Cécile Colonna, De rouge et de noir. Les vases grecs de la collection de Luynes, Paris, 2013 (en particulier l’introduction []
  6. Colonna 2013 et Silvestrelli 2017 []
  7. De Ridder.1012, cat. n°28, p. 86. []
  8. François Lissarrague, «Vaisselle et vaisseaux : voyager sur la mer vineuse », ibid., p. 131-137. []
  9. Cat. n°58, p. 162-165. []
  10. Cat. n°60, p. 168-169. []
  11. Cat. n°74, p. 220-221. []
  12. De Ridder.202, cat. n°104, p. 293-297. []

Louise Détrez

Conservatrice du patrimoine, BnF, Département des monnaies, médailles et antiques (céramiques, terres cuites et verreries antiques)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search