Découvrir le Digital Millin : l’épopée napoléonienne d’un archéologue au royaume des vases antiques

Lors de son séjour dans le Royaume de Naples, entre 1812 et 1813, le directeur du Cabinet des Médailles Aubin-Louis Millin (1759-1818) commande à deux dessinateurs napolitains et au peintre F. L. Catel1, un nombre important de vues de monuments anciens de Naples et de ses alentours, ainsi que des dessins d’œuvres antiques conservées au Musée Royal et dans les collections privées. La publication de cet atlas iconographique qui devait enrichir l’édition d’un Voyage en Italie, fut avortée en raison de la mort de Millin en 1818. Les planches furent acquises par le Cabinet des Estampes lors de deux ventes en 1819 et 1822. Les quelques 900 dessins furent alors classés et reliés en plusieurs volumes, conservés aujourd’hui au Département des Estampes de la Bibliothèque nationale de France. En 2013, une première campagne de numérisation (avec la contribution fondamentale de Marie-Amélie Bernard, docteur en archéologie classique et spécialiste de céramique figurée) a permis de verser sur Gallica les vues des planches des deux folios Gb 45 et Gb 46 présentant la sélection d’œuvres antiques réalisée par Millin dans le Musée de la reine de Naples Caroline Murat et dans diverses collections privées d’érudits ou de marchands napolitains.

En 2018-2019, le programme Digital Millin, au sein du Labex CAP2 a permis de financer un contrat de recherche pour l’identification des vases représentés sur les 300 planches des folios Gb 45 et Gb 46. La mission, réalisée par l’auteur de ce billet, a ainsi complété les connaissances scientifiques sur chaque dessin et sur chaque œuvre représentée sur les planches, et reversé les informations dans des notices d’autorité consultables dans le catalogue général de la BnF.

État de la recherche

Deux ouvrages sur la genèse du projet éditorial de Millin, à l’origine des dessins, ont été publiés par Anna Maria D’Achille, Antonio Iacobini et Gennaro Toscano en 20123 et 20144. Ils constituent le socle fondamental à la recherche complémentaire menée dans la correspondance de Millin (BNF Département des Manuscrits) et dans son journal (Bibliothèque de l’Arsenal) pour préciser les éléments concernant la constitution des planches de vases. Les noms des dessinateurs employés par Millin et la répartition de leurs tâches, les conditions de l’élaboration des relevés chez les différents collectionneurs, le contentieux qui oppose Millin à l’un des dessinateurs après la réalisation des dessins, sont autant de chapitres à rebondissements qui ont fait progresser l’enquête sur l’identification des dessins.  

Identification : du dessin à l’objet

Objectifs et résultats atteints

Les dessins des folios GB 45 et GB 46 représentent principalement les décors figurés de vases antiques, que Millin a pu observer au Musée Royal de Naples, dans le musée privé de la reine Caroline Murat au Palais Royal, mais aussi chez des érudits et des collectionneurs de Naples, Nola et Molfetta, enfin dans les ateliers de restaurateurs-marchands établis dans les environs du Palais des Études Anciennes (actuel Musée archéologique national de Naples). Deux peintures pariétales de tombes campaniennes, un vase en métal et une lampe en terre cuite complètent cet ensemble de relevés graphiques.

Plusieurs dessins peuvent représenter les différentes zones figurées d’un même vase (face A, face B, épaule ou col) et cela n’est pas toujours indiqué dans la légende qui accompagne la planche. Certains dessins ne comportent aucune indication. Dans d’autres cas, une même planche peut reporter les dessins de deux vases. Cela se vérifie surtout pour les vases de petites dimensions comme les lécythes attiques à figures noires. Les traitements variés de reproduction des vases sur les planches expliquent la différence entre le nombre de dessins identifiés (217) et le nombre d’œuvres décrites (157).

L’autre difficulté dans l’identification des vases reproduits dans les recueils Millin réside dans la très grande dispersion des œuvres. En effet, si les collections du Musée Royal de Naples, observées par Millin vers 1812, sont restées à Naples, les œuvres des collections privées ont changé plusieurs fois de lieux d’exposition et de propriétaires. Beaucoup font aujourd’hui partie de collections publiques dans les grands musées du monde (voir fig. 1), mais certaines se trouvent encore sur le marché de l’art ou dans des collections privées peu ou mal publiées. Le travail d’identification permet ainsi de parcourir deux cents ans d’histoire des collections de vases antiques et de compléter notre connaissance de la dispersion des vases découverts en Italie méridionale entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle.

Lieux de conservation et répartition typologique des vases gravés par A.-L. Millin (statistiques réalisés par Fl. Le Bars-Tosi).

Catalogues BnF et Digital Millin : vademecum

À chaque objet identifié correspond une notice d’autorité (NNA), avec description de l’œuvre et bibliographie, reversée dans le catalogue général de la BnF. La correspondance entre les notices des dessins numérisés dans Gallica (n°NNB) et les nouvelles notices créées pour les œuvres identifiées (n°NNA) est en cours de finalisation par les équipes de la BnF. Il sera possible à terme d’obtenir, avec une même clé de recherche, le dessin et sa notice d’identification.

Millin 518 : Tombe dite « du guerrier », peinture funéraire campanienne, de Nola vers 330-300 av. J.-C. déposée au Musée archéologique National de Naples (inv.9362, 9363, 9364). Accès à la notice en ligne sur le catalogue général de la BnF.

Millin 599 : Hydrie campanienne à figures rouges, proche du Peintre d’Ixion, vers 360-340 av. J.-C. Accès à la notice en ligne sur le catalogue général de la BnF

Millin 605 : Nestoris lucanienne à figures rouges attribuée au Peintre de Brooklyn-Budapest, vers 380 av. J.-C. Accès à la notice en ligne sur le catalogue général de la BnF

Millin 606 : Cratère en cloche à figures rouges, attribué au Peintre de Sydney, vers 370-350 av. J.-C. Accès à la notice en ligne sur le catalogue général de la BnF

Millin 690 : Amphore pseudo-panathénaïque lucanienne à figures rouges attribuée au Peintre du Primato, vers 340-320 av. J.-C. Accès à la notice en ligne sur le catalogue général de la BnF

Millin 720 : Amphore attique à figures rouges, attribuée au Peintre de Munich 2321, vers 440-420 av. J.-C. Accès à la notice en ligne sur le catalogue général de la BnF

À ce jour, 83 dessins (soit environ 75 vases) restent encore à identifier. Il s’agit parfois d’œuvres inédites ou détruites ; de vases dé-restaurés dont le nettoyage de surface a ôté les repeints du début du XIXe siècle qui apparaissent sur les dessins de Millin et rendent ainsi la zone figurée méconnaissable ; ou encore d’œuvres fausses, comme celle qui est représentée sur les dessins Millin 876  et Millin 877.

Nous espérons que l’avis de recherche diffusé sur CIAO pourra permettre de retrouver certaines œuvres et d’identifier les 83 dessins restants, sur le modèle du crowdsourcing proposé avec succès par l’INHA pour l’identification des œuvres du recueil Muret.

Florence Le Bars-Tosi, "Découvrir le Digital Millin : l’épopée napoléonienne d’un archéologue au royaume des vases antiques," in CIAO Actualité des recherches sur la céramique italiote, 14/01/2021, https://ciao.hypotheses.org/1437.

  1. Plusieurs manifestations ont été consacrées à l’artiste prussien et à son oeuvre, voir notamment la journée d’étude organisée par G. Toscano en collaboration avec S. Aubenas, C. Le Bitouzé, T. Kirchner et G. Janzing à l’INHA le 10 décembre 2015 []
  2. Ce programme est placé sous la responsabilité scientifique de Gennaro Toscano, Corinne Le Bitouzé, Cécile Colonna et Martine Denoyelle []
  3. Il viaggio disegnato : Aubin-Louis Millin nell’Italia di Napoleone, 1811-1813, Roma, 2012 []
  4. Le voyage en Italie d’Aubin-Louis Millin 1811-1813. Un archéologue dans l’Italie napoléonienne, Paris, 2014 []

Florence Le Bars-Tosi

Membre associée ArScAn, équipe ESPRI&LIMC

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search