« Chi l’ha visto ? » Un appel à témoins pour retrouver des vases portés disparus

« Chi l’ha visto ? » est une rubrique gérée par deux des éditrices du site, Martine Denoyelle et Alexandra Attia. Elle rassemble des billets écrits par différents auteurs afin de faire connaître à une large communauté, et éventuellement de retrouver, des vases dont la localisation actuelle est inconnue. Ces avis de recherches formatés comprennent une brève description de l’objet en question, des images, un commentaire, une bibliographie et une personne à contacter.

Les destins des vases sont multiples. Collectionnés de manière marginale au XVIIe siècle dans les cabinets et studioli italiens, ils acquirent une notoriété certaine au XVIIIe siècle en lien avec l’exploration archéologique progressive des territoires d’Italie méridionale. Emergea alors un engouement profond, qualifié d’« antiquomanie », qui gagna l’Europe entière. Cette exaltation pour l’Antiquité retrouvée et l’émulation vive qu’elle suscita1, encouragèrent largement les fouilles royales, ecclésiastiques et privées, légales ou clandestines, à la recherche du bel objet. Naples et la région des Pouilles devinrent ainsi en peu de temps, avec l’exploration de nécropoles qui mirent au jour de nombreux vases antiques, une galerie à ciel ouvert. Disponibles en abondance sur le marché antiquaire, ces objets rejoignirent les grandes collections et constituèrent progressivement, au gré des cessions et des ventes, les noyaux historiques des grands musées.

De Basilicate au British Museum de Londres, le cas d’un cratère à volutes apulien à figures rouges, proche du Peintre de l’Ilioupersis, vers 370-350 av. J.-C. Capture d’écran d’après la datavisualisation « Sur la piste des oeuvres antiques » (INHA/Louvre). Pour découvrir l’histoire du vase

Certains de ces vases ont traversé les siècles. A la suite de leur découverte, ils ont été l’objet de nombreuses transactions, gratuites (legs, don diplomatique, etc.) ou lucratives (achat sur le marché de l’art, cession en ventes publiques ou privées), passant d’un bénéficiaire à l’autre et ce, durant plusieurs générations. Cette multiplication des intermédiaires au cours de la vie de l’objet2, à l’origine de la dispersion de noyaux de collections historiquement cohérents, parfois à l’échelle d’une région ou d’un site3, les lie de manière profonde à l’histoire individuelle de leurs collectionneurs et à notre histoire collective4, tout en rendant extrêmement complexe la localisation de certains artefacts. 

Connus grâce à des descriptions textuelles, plus ou moins prolixes et individualisées (à l’instar d’anciens catalogues de collections ou de catalogues de vente), et/ou illustrés par des dessins, des gravures ou des photographies, ces vases, dont la matérialité n’est qu’esquissée, se dérobent quelque fois à notre vue au cours du temps. Beaucoup de ces objets, considérés comme disparus, sont en réalité non publiés, en réserve, ou en mains privées comme tendent à le confirmer certaines apparitions furtives lors de ventes aux enchères au sein d’institutions ayant pignon sur rue.  

Ci-dessous, l’exemple du cratère à volutes attribué au Peintre du Primato, vu à Naples par A. L. Millin chez Michele Fortunato lors de son séjour entre 1812 et 1813 et déjà mentionné comme possession de James-Alexandres de Pourtalès. Acquis lors de la vente publique de la collection de James-Alexandre, Comte de Pourtalès-Gorgier (vente Pillet and Escribe, à Paris, le 14 février 1865, lot n°272) par le Comte Robert de Pourtalès (380 francs.), il réapparait en 2008 lors de la vente Pierre Bergé & Associés à Paris (vente du 28/03/2008, lot n°209), puis en 2013 chez Christie’s ; vente n°2709, du 6/06/2013, Rockefeller Plaza, lot n°577).

Mention manuscrite indiquant que le vase a été vu au domicile de Michelangelo Fortunato à Naples et qu’il appartient au Comte de Pourtalès (D’ap. Millin, 1814, « Vases grecs de diverses collections : relevés d’objets et de décors », BnF, département Estampes et photographie, [Manuscrit] cote FOL-GB-46, vue 146.)

Forme du vase (D’ap. Millin 1814, « Vases grecs de diverses collections : relevés d’objets et de décors », vue 146. BnF, département Estampes et photographie, [Manuscrit] cote FOL-GB-46.)

Détail des scènes figurées du col et de la panse, face B (D’ap. Millin 1814, « Vases grecs de diverses collections : relevés d’objets et de décors », vue 147. BnF, département Estampes et photographie, [Manuscrit] cote FOL-GB-46).

Détail des scènes figurées du col et de la panse, face A (D’ap. Millin Aubin-Louis, 1814, « Vases grecs de diverses collections : relevés d’objets et de décors », vue 145. BnF, département Estampes et photographie, [Manuscrit] cote FOL-GB-46).

Cratère à volutes lucanien attribué au Peintre du Primato, provenant de Basilicate, seconde moitié du IVe s. av. J.-C. Vente Christies (n° 2709, Rockefeller Plaza, le 6 juin 2013). Accès à la notice en ligne

Si on ne connait pas leur état contemporain, il est cependant souvent possible de les identifier grâce à l’iconographie, au style ou aux inscriptions reportées, et de déduire la forme du type de représentation associée. Les décrire, les documenter, éventuellement les attribuer et les diffuser revient à les réintégrer dans le corpus scientifique.

Dans la méta-base Agorha de l’Institut National d’Histoire de l’Art rassemblant les résultats de plusieurs programmes de recherches, et notamment ceux issus de celui consacré à l’Histoire des vases grecs (1700-1850), les oeuvres non localisées représentent actuellement plus d’un tiers de l’ensemble des données saisies. Bien que perdus de vue, ces vases possèdent cependant une fiche sur laquelle sont entrées toutes les informations fournies par la reproduction graphique et par son contexte. L’ensemble de ces champs interrogeables peuvent permettre, suivant le mode de recherche, à un vase de retrouver son histoire, ou de retrouver, grâce à la documentation rassemblée, la piste d’un vase disparu.

Grâce à cette nouvelle rubrique diffusant des appels à témoins, CIAO entend participer à son échelle à la valorisation de ce patrimoine égaré, tout en mutualisant nos efforts !

Vous souhaitez nous signaler un vase disparu ? Ecrivez-nous !

Ils manquent à l’appel !

Alexandra Attia, "« Chi l’ha visto ? » Un appel à témoins pour retrouver des vases portés disparus," in CIAO Actualité des recherches sur la céramique italiote, 18/01/2021, https://ciao.hypotheses.org/1490.

 

 

 

  1. Pour une synthèse en français sur l’évolution du regard porté sur la céramique antique, depuis la redécouverte de ces objets à la structuration progressive de la céramographie, voir l’article d’H. Wiegel « Céramographie antique et collections modernes : nouvelles recherches sur les vases grecs dans les musées historiques et virtuels »Perspective, 1 | 2009, 23-42. []
  2. Le travail entrepris par le programme « Répertoire des ventes aux enchères d’antiques en France au XIXe siècle », mené en partenariat par l’INHA et le musée du Louvre depuis 2011 et dont les résultats sont développés sous la forme d’un répertoire numérique des ventes d’antiques sur la base AGORHA et présentés en ligne à l’aide d’un procédé de datavisualisation sur un site dédié, atteste bien de ces parcours d’objets. []
  3. C’est le cas par exemple de la collection initiée par Michele Arcangelo Fittapaldi, membre de l’aristocratie d’Anzi, qui rassembla, dans le second quart du XIXe siècle une collection d’objets majoritairement découverts sur le territoire. Ce patrimoine archéologique, aujourd’hui dispersé, est au coeur d’un projet de valorisation dirigé par la Prof. M. C. Monaco (Università degli Studi della Basilicata) et mené en collaboration avec la comune d’Anzi, l’IBAM-CNR di Tito Scalo (Pz) et la Soprintendenza Archeologica della Basilicata. A ce sujet, F. Donnici, La dispersione di un inestimabile patrimonio archeologo lucano: il caso di Anzi, in O. de Cazanove, A. Duplouy, V. Capozzoli (dir.), La Lucanie entre deux mers : archéologie et patrimoine (Actes du Colloque international, Paris, 5-7 novembre 2015), 2019, p. 481‑486 []
  4. Voir à ce sujet, le destin du cratère à colonnettes apulien attribué au Peintre de Tarporley []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search