Plein les yeux : la céramique italiote et les ressources numériques 3D

L’étude de la céramique italiote se heurte à de nombreuses contraintes à commencer par la dispersion considérable de ces artefacts à l’échelle internationale, conséquence directe du collectionnisme massif qui a suivi leur redécouverte à la fin du XVIIIe et au XIXe siècle, puis de la dissémination des collections historiques sur le marché de l’art1. Ces modes de collecte et leurs impacts – de la perte des données contextuelles associées à la dispersion spatiale de noyaux archéologiques cohérents – ont fortement conditionné l’histoire des recherches et contraignent encore aujourd’hui la communauté de chercheurs.

Néanmoins, les avancées technologiques progressives, notamment en matière d’imagerie appliquée aux collections, comme la photogrammétrie et la RTI, et la digitalisation croissante des ressources documentaires et muséales contribuent à renouveler nos approches du matériel en palliant les contraintes spatiales d’accès au mobilier. A l’heure du web mondial et sous la pression croissante insufflée par le public, le monde de la recherche et par certaines tutelles, plusieurs institutions culturelles dépositaires de collections ont fait le choix de l’ouverture de leur contenu, avec ou sans restriction. Les enjeux sont multiples et plus ou moins altruistes, qu’il s’agisse de gagner en visibilité ou de renouer avec les missions scientifiques et culturelles du musée en mettant « à disposition ses collections à l’attention du plus grand nombre » telles qu’elles sont définies par l’ICOM.

Ce sont là autant de conditions qui ont favorisé l’apparition de la céramique italiote sur la scène 3.0. Il est en effet désormais possible de se constituer une collection virtuelle de céramiques italiotes grâce aux nombreux modèles 3D hébergés sur Sketchfab. Créée en 2012 par une start-up française, cette plateforme d’hébergement et de lecture de fichiers 3D abrite désormais près de 1700 modèles d’institutions muséales en CC0, une norme claire qui permet de « copier, modifier, distribuer et exécuter le travail, même à des fins commerciales, le tout sans demander la permission » comme le signalait récemment le CLIC France. C’est là une réponse intéressante des musées pour s’adapter à cette transition technologique et aux nouvelles pratiques de la recherche.

Collection CIAO – Ceramique Italiote en Accès Ouvert by A. Attia on Sketchfab

Si le statut des modèles 3D disponibles varie selon les normes choisies par le propriétaire du fichier source (institution muséale, particulier, entreprise privée, etc.), à l’instar de la mise à disposition gratuite du fichier en téléchargement, il est clair que la multiplication des objets scannés à un impact positif. Elle donne à voir plus largement le matériel, issu de collections muséales ou de fouilles récentes contextualisées, en favorisant leur utilisation académique, éducative ou artistique. C’est ainsi, par exemple, que le versement progressif des collections du Musée Saint-Raymond à Toulouse sous la licence libre Creative Commons BY-SA a généré dans son sillage de multiples remix et réinterpréations, incarnés par les oeuvres de l’artiste contemporaine Alice Martin.

Pour la communauté de chercheurs que nous sommes, les possibilités sont multiples, de la création des collections virtuelles d’objets multi-critères (morphologique, stylistique, iconographique, centres producteurs, provenances, musées, etc.), à l’impression 3D et à la manipulation numérique en haute définition – qui certes ne se substitue pas à matérialité de l’oeuvre – mais ouvre le champ des possibles

Alexandra Attia, "Plein les yeux : la céramique italiote et les ressources numériques 3D," in CIAO Actualité des recherches sur la céramique italiote, 28/05/2020, https://ciao.hypotheses.org/475.

  1. A. Milanese, In partenza dal regno: esportazioni e commercio d’arte e d’antichità a Napoli nella prima metà dell’Ottocento, Firenze, 2014 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search