Le chasseur chassé? Un autre visage de Dolon sur le cratère métapontin du British Museum

 

 

Cratère à figures rouges métapontin attribué au Peintre de Dolon, face A
Londres, British Museum 1846,0925.3
© The Trustees of the British Museum. CC BY-NC-SA 4.0

Le cratère en calice éponyme du Peintre de Dolon, conservé au British Museum1 est l’un des chefs-d’oeuvre de la première production italiote à figures rouges. Produit à Métaponte et trouvé à Pisticci, dans l’arrière-pays immédiat de la colonie achéenne, il est daté de la première décennie du IVe siècle av. n.è. et décoré, sur sa face principale, de l’épisode de l’embuscade tendue au héros troyen Dolon par Ulysse et Diomède, tel que le relatent les vers 330-461 du chant X de l’Iliade, dit de la Dolonie.

A cause de sa vivacité et des attitudes expressives qui caractérisent les personnages, la scène a été considérée dès les premières analyses comme une illustration parodique, ou bien influencée par le théâtre comique, de ce passage de l’épopée2. Sur un fond vide rythmé par quatre arbres aux branches coupées, les trois héros se déplacent sur la pointe des pieds, le dos voûté, en une sorte de « ballet » silencieux3 ; comme dans les quelques représentations attiques du même épisode, le héros troyen pris en étau entre les deux héros grecs qui surgissent derrière lui occupe la place centrale, celle de la proie forcée par les chasseurs. Les anatomies sont trapues, les têtes rondes, en vertu d’un canon fréquent chez le peintre dans la première partie de sa production. Les visages de Diomède et de Dolon, de trois quarts, attirent particulièrement l’attention.

Cratère à figures rouges métapontin attribué au Peintre de Dolon, face A, détail
Londres, British Museum 1846,0925.3
© The Trustees of the British Museum. CC BY-NC-SA 4.0

Les yeux du premier sont écarquillés, la pupille dilatée comme pour s’accommoder à l’obscurité (l’épisode a lieu de nuit, dans la forêt); en guise de cimier, un chien à l’arrêt au sommet de son casque semble une métaphore imagée de la chasse, telle que le texte du poème lui-même l’utilise: « Ainsi que deux bons chiens de chasse, aux dents aigües, poursuivent de près, dans un bois, un faon ou un lièvre qui les devance en criant… ». Mais le visage du Troyen, pris par surprise, est sans conteste la composition la plus singulière : sur la physionomie au nez busqué et aux joues creuses couvertes d’une maigre barbe rendue en vernis dilué, se lisent la surprise et la peur, traduites par la forme des yeux  et l’inflexion des sourcils. L’implantation de sa chevelure, avec une frange centrale mal taillée retombant sur un front dégarni, le différencie également des deux héros grecs. Le réalisme insolite de cette description n’a pas échappé aux commentateurs: F. Hauser, par exemple, compare Dolon à un paysan, et comme Ducati, voit dans le prosaïsme de la figure l’indication d’un humour typiquement italiote.

Cratère à figures rouges métapontin attribué au Peintre de Dolon, face A, détail
Londres, British Museum 1846,0925.3.
Photo Francesca Silvestrelli.

Pour dépasser les niveaux interprétatifs liés au récit épique et à une éventuelle intention parodique, il faut cependant  s’interroger sur l’ensemble des particularités qui caractérisent la figure de Dolon. En effet, si le peintre se montre fidèle au texte homérique dans l’esprit de la scène, plusieurs détails montrent que celle-ci n’en est pas une simple illustration, mais une recomposition plus complexe, qu’une simple teinture parodique ne suffirait pas à expliquer. Comme l’a observé F. Lissarrague4, Dolon sur le cratère n’est pas travesti en loup: il porte un couvre-chef conique qui pourrait transcrire le casque en peau de martre mentionné par le texte, mais dont la matière, indéfinissable à première vue, diffère de la peau d’animal ocellée nouée sur son torse à la façon d’une chlamyde et qui semble être celle d’un félin (celle-ci se retrouve sur les bordures des bottes des trois protagonistes). Cette peau d’animal laisse entrevoir une tunique courte à décor de bandes, retenue à la taille par un large ceinturon, dispositif vestimentaire qui renvoie sans ambiguïté à la tenue des guerriers italiques,  tels qu’ils sont représentés sur de nombreux vases produits en Grande Grèce, notamment en Apulie. Elle marque la différence avec les  deux héros grecs, nus à l’exception de leur chlamyde.

 

Cratère à colonnettes apulien du Groupe de Ginosa, détail
Flickr, Dan Diffendale, CC BY-NC-SA 2.0.
https://www.flickr.com/photos/dandiffendale/2490127027

Un autre détail concourt à affirmer cette identité italique, c’est l’ornement en forme de rouelle qui figure sur la bottine au niveau de la cheville, un élément typique du répertoire décoratif de l’équipement du guerrier italique, que l’on retrouve sur différentes pièces d’armement, ceinturon, casque par exemple; le Peintre de Dolon l’utilise d’ailleurs sur d’autres vases5.

De ce fait, on peut s’interroger également sur la forme si particulière que le peintre a donné au « casque » de Dolon,  qui n’est pas sans rappeler le couvre-chef conique traditionnel des guerriers osques sur les vases à figures rouges apuliens, mais qui est ici moins haut et plus évasé. Pour trouver un parallèle, il faut en fait se tourner vers d’autres témoignages figurés, issus d’une culture lucanienne proche de celle de la basse vallée du Basento, où se trouve Pisticci: on trouve en effet un parallèle éclairant sur une peinture funéraire de Paestum6 qui représente une chasse au sanglier, thème héroïque destiné à célébrer les vertus du défunt lucanien, et dont le modèle mythologique est la chasse de Calydon.

Chasse au sanglier, ensemble et détail.
Peinture de la tombe 6 de la nécropole d’Andriuolo à Paestum. Paestum, Museo Archeologico Nazionale.
Source: Wikimedia Commons, Carole Raddato, CC BY-SA 2.0
https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=37880678

Le couvre-chef que porte le chasseur, sur la fresque paestane, semble être fait d’une matière végétale, osier ou paille; il ne s’agit pas d’un casque, et la forme est proche de celui que porte Dolon sur le cratère7.

On est frappé par plusieurs autres ressemblances entre les figures du vase et de la peinture murale : la façon dont le corps est déployé et la lance brandie – gestuelle dont le prototype se trouve parmi les figures des participants à la chasse héroïque de Calydon – et plus encore, bien visibles sur la vue de détail, le profil au nez busqué et le dispositif de la barbe légère qui descend des tempes vers les joues. Ces correspondances ne sont évidemment pas fortuites, et montrent que le Peintre de Dolon, dans la composition d’une scène épique exceptionnelle destinée à un client italique, a donné à son personnage une double identité : celle du héros troyen, mais aussi, celle d’un chasseur, marqué comme un membre de l’élite lucanienne par son aspect physique et par sa tenue. La physionomie de Dolon, sa coiffure et son type de barbe, traduisent autant le caractère et les sentiments que lui attribuent l’Iliade que son appartenance à une communauté italique de l’hinterland lucanien; s’il s’agit d’un portrait générique, ce n’est pas celui d’un « paysan », mais celui d’un membre de l’élite représenté en chasseur.

Il reste difficile d’interpréter l’intention réelle du peintre quand il mélange ces différents niveaux de figuration, selon un système d’allusions visuelles et de transpositions qui apparait de plus en plus, au fil des recherches, comme une des formes majeures de l’échange interculturel entre Grecs et Italiques en Italie méridionale8. La signification de l’image qui décore le cratère du British Museum – initialement destiné à la sépulture d’un membre de l’élite indigène de Pisticci-  n’est pas réductible à une simple lecture interprétative de l’épopée, mais doit être explorée, dans son contexte de réception, comme une construction polysémique – poursuite et capture de l’espion troyen par Diomède et Ulysse, embuscade tendue par des Grecs à un indigène, chasseur chassé9 – mêlant aux codes de la représentation épique des éléments de réalisme et des allusions visuelles, et au sein de laquelle chaque détail joue un ou plusieurs rôles essentiels.

Martine Denoyelle, "Le chasseur chassé? Un autre visage de Dolon sur le cratère métapontin du British Museum," in CIAO Actualité des recherches sur la céramique italiote, 27/07/2020, https://ciao.hypotheses.org/999.

 

  1. 1846,0925.3; A.D. Trendall, The Red-figured Vases of Lucania, Campania and Sicily, Oxford, 1967, 1, p. 102, 533, pl. 52.3-4; The Red-figured Vases of Lucania, Campania and Sicily, Third Supplement, BICS, Supplement 41, 1983, p. 59, D 21 []
  2. G. Minervini dans Bulletino Archeologico Napoletano, XIII, agosto 1843, p. 100-104, pl. 6; F. Hauser dans A. Furtwaengler, K. Reichhold, Griechische Vasenmalerei: Auswahl hervorragender Vasenbilder, Série II, Munich, 1909, p. 262-263 ; P. Ducati, Storia della ceramica greca, 1922, p. 441: “una scena desunta dell’epos e qui camuffata in aspetto di buffonesca avventura” []
  3. F. Lissarrague, Iconographie de Dolon le loup, Revue archéologique, 1, 1980, p. 27 []
  4. op.cit., p. 27 []
  5. voir A. Bottini dans A. Bottini, M.Denoyelle, F. Silvestrelli, Un cratere a figure rosse da Irsina. Proposte di lettura, dans Atti e Memorie della Società Magna Grecia, 3, 2018,  à paraître, p. 24-25. []
  6. T.6 de la nécropole d’Andriuolo; je remercie Gabriel Zuchtriegel pour l’aimable autorisation de la publier []
  7. détails, références et approfondissement dans M. Denoyelle, Forme e immagini per la committenza indigena , dans Produzioni e committenze in Magna Grecia, Atti del cinquantacinquesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 24-27 settembre 2015, Taranto, 2019, p. 571-578 []
  8. n’est pas traitée ici la riche question de la structure de la scène et de ses parentés formelles, sur laquelle voir, en partie, J.-M. Moret, Les pierres gravées antiques représentant le rapt du Palladion 1997, CH III. []
  9. voir F. Lissarrague, op.cit., p. 22-23 sur Dolon à la fois chasseur et gibier []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search